Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 29 janvier 2006

La bouillotte écologique


J'ai toujours été passionné par les gadgets qui changent la vie au quotidien : le mac portable et wi-fi, le vélo pliant Brompton, le maxi couteau suisse à la ceinture, le téléphone Bluetooth qui prend des photos exploitables et des vidéos, le lapin Nabazatag qui donne la météo chaque matin au réveil, les oreillettes qui tiennent au chaud sans décoiffer, etc. Françoise a rapporté de Shangaï des bouillotes amusantes pour les voyages frigorifiants. C'est une petite poche de liquide dans laquelle on brise un petit bouton qui y flotte. Instantanément se produit une cristallisation dégageant de la chaleur pendant une bonne heure. Il ne reste plus qu'à faire bouillir l'objet redevenu froid pour le liquéfier et attendre qu'il refroidisse afin de le réutiliser. Ça ne remplace pas la chaufferette à essence de Nature et Découverte (plus de six heures d'autonomie), mais ça suffit largement à une traversée de Paris à bicyclette, et ça ne nécessite aucun apport d'énergie supplémentaire.

jeudi 26 janvier 2006

Drôle d'endroit pour une rencontre

Des débordements des commentaires sur les blogs dûs à l'anonymat...

Un blog permet d'exprimer ses passions, ses humeurs, ses réactions. Il permet de développer avec simplicité des idées, de sortir de ses attributions, de donner encore un peu de soi, mais attention, le journal intime se lit à livre ouvert et chaque lecteur peut y apporter sa pierre. Tant que les sujets abordés ne sont pas polémiques, tout se passe selon la net étiquette, on se félicite, on se congratule... Dès qu'une opinion contraire à la convention ou à la mode est proférée, alors se déchaînent les insultes et les attaques personnelles. L'intimité se replie sur elle-même. Le livre s'ouvre à tout vent. Les pierres volent. Il se forme des camps. Dommage. L'échange impossible révèle les écueils. Tempête. L'anomymat des pseudos n'accorde aucune légitimité représentative aux auteurs des commentaires. Leurs mots n'ont ni plus ni moins de valeur que le billet lui-même. Un partout. Exhibitionnisme et voyeurisme vont de paire. Il faut un certain courage à l'auteur lorsqu'il avance à visage découvert. C'est comme monter en scène. Le public applaudit, il siffle, il encense, il lapide. Il ne crie pas son nom avant de mordre ou d'embrasser. La véritable rencontre se fera plus tard, dans les loges, ou bien un autre jour, loin des projecteurs. Ailleurs, sans que les deux parties puissent forcément se reconnaître. Un à un.

samedi 21 janvier 2006

Le commencement de la fin ?

Et si la loi sur les droits d'auteur n'était que le début de l'enflicage ?
(suite du billet du 7 janvier)

Passé les arguments des partisans de la loi ou de ceux de la licence globale, il reste un phénomène dont on parle peu et qui réfléchit les transformations profondes dont notre société est la victime.

Notons d'abord la dépolitisation du débat. Les députés de droite votent avec la gauche, ceux de gauche avec la droite, c'est républicains contre démocrates. Un gouvernement de gauche fait une politique de droite, celui de droite fait une politique de gauche, enfin parfois, les communistes n'ont plus rien de marxistes, les trotskystes ont oublié l'internationalisme, et ne parlons pas des socialistes qui n'en ont plus que le nom, plus radis (caux) que jamais (rouge dehors, blanc dedans). Le débat actuel ressemble étonnamment à celui sur la Constitution. Plus personne ne comprend rien, et surtout pas les principaux intéressés, le public, le peuple à qui l'on demande de voter ou de signer des pétitions, sans qu'il en saisisse les enjeux réels. Drôle de démocratie que celle qu'on nous sert à l'heure du dîner, via le passe-plat télévisuel ! Car nous vivons en pleine désinformation, de toutes parts. Les manipulateurs les plus efficaces sont bien entendu les mieux pourvus, donc ceux qui ont le pouvoir, ceux qui peuvent, à savoir le capital, soutenu par les états dont ils font le siège, on appelle cela du lobbying. Tout cela se passe à un niveau que le citoyen lambda ne peut imaginer. Même les traditions familiales explosent, puisque plus personne n'y comprend rien, et adhère simplement aux arguments les plus sécurisants. On vote essentiellement pour la sécurité, quelle que soit son origine ou sa légitimité. Il n'y a plus, dans ces débats, l'once d'une quelconque idéologie, ou plutôt si, le tout répressif, chargé uniquement de préserver les intérêts des plus nantis, en faisant croire que c'est celui de chacun.

Si j'ai pris position contre la loi sur les droits d'auteur présentée par un ministre de la culture de droite dont il est logique qu'il soutienne une politique de droite et qui sert logiquement les intérêts des industriels devenus mondialistes, les majors du disque en cette occasion, avec l'appui des sociétés d'auteur, elles-mêmes dirigées par les mieux lotis de leurs auteurs (rappelons que les membres de leurs conseils d'administration sont choisis en fonction de leurs revenus), ce n'est pas seulement parce que cette loi est absurde (voir mon article Le drapeau noir flotte sur la création numérique, blog du 7 janvier) et qu'elle profite comme d'habitude essentiellement à ceux qui en croquent. Le plus grave, c'est la prise d'assault d'Internet par le commerce, et son bras armé, la police. Car cette loi n'est que le début de la confiscation d'un espace de liberté, ne nous y trompons pas. Si les mouchards du téléchargement sont les cousins des cookies, ils sont surtout l'avant-garde de ce qui nous pend au nez, la monopolisation, par l'industrie et l'état, d'un médium qui jusque là leur échappait. Internet ne sera bientôt plus que commerce et services.

Les partisans de la loi opposés à la licence globale craignent que l'état (l'Assemblée nationale) statue sur la somme forfaitaire à son gré. C'est que les sociétés d'auteurs sont des sociétés privées ! C'est l'état contre le privé qui s'exprime aussi ici. Loin de moi l'idée de remettre en question les droits d'auteur, je l'ai déjà exprimé, ils sont vitaux pour une des franges les plus créatives et les plus dynamiques d'une société. Un état sans culture est condamné. Je souhaite simplement souligner ici le flicage, et la reprise en mains du Net qui est en marche. Une loi permet de pénétrer chez vous, de fouiller votre coffre de voiture, une autre votre disque dur, à quand votre boîte cranienne ? Mais ça, c'est fait depuis longtemps ! La télévision en est un des agents les plus actuels et les plus patents. Chacun semble disposer de sa propre détermination, mais tout le monde partage la même source d'information. La complicité est universelle.

Une autre remarque s'impose. N'y a-t-il pas d'autre alternative que l'interdiction et la répression ? On colle des radars sur toutes les routes, mais on continue à fabriquer des automobiles capables d'enfreindre la vitesse autorisée. On criminalise les drogués au lieu de faire des recherches pour ne garder que les effets agréables ou instructifs, et proscrire l'état de dépendance, les effets néfastes et les plus-values honteuses. On incite à la fraude plutôt que de responsabiliser les citoyens et valoriser la solidarité. On pousse à l'incendie quand il aurait fallu offrir des perspectives. On instaure le chômage plutôt que créer des emplois. Tout cela est dangereux. On envoie du riz au tiers monde plutôt que de lui apprendre à cultiver ses terres. Le gâchis, partout, absurde, mortifère. J'entends parfois que tel pays ou telle catégorie sociale a une mentalité d'assistés : il n'y a pas d'assistés, seulement des manipulés. Car tout cela profite toujours aux mêmes, les possédants, peu nombreux, qui se servent des lois pour défendre leurs biens souvent acquis de façon frauduleuse. C'était souvent il y a longtemps, parfois très longtemps. L'héritage est le garant de la bonne marche des affaires, que tout reste comme avant...

La situation semble arranger tout le monde. Tout le monde ici, là, parce qu'on craint de perdre ce qu'on a douloureusement acquis, sa bagnole, son appartement, ses vacances, fut-ce à crédit, crédit qui menotte d'autant plus les nouveaux nantis, leur récent confort fut-il un leurre... Les syndicats sont coupés de leurs bases, incapables de proposer des solutions autres que défensives. Le flou artistique cache les incompétences et les responsabilités. À travers les siècles, les pouvoirs ont pu glisser de mains en mains, l'exploitation de l'homme par l'homme ne bouge pas d'un pouce. Ses services de communication ont un peu muté, la télévision s'est substituée à la religion, ce qui y est diffusé est parole d'évangile.

Pourquoi le marché des droits d'auteur, dont les éditeurs perçoivent probablement la moitié, échapperait-il à la règle ? À la loi ? On a peur de perdre ses droits, de plus en plus souvent attaqués, car ils coûtent cher à l'industrie culturelle ! Cette lutte, toujours d'actualité depuis Beaumarchais, occulte les dérives. Jusqu'ici, Internet échappait à cette loi, permettant un extraordinaire échange de flux d'informations, d'éléments de culture, une idéologie du partage, une trace de solidarité... Il est dommage et criminel de briser cet élan généreux, sous prétexte de perception des droits. Il y a d'autres moyens. La licence globale a le mérite de laisser libres ces échanges, en permettant aux auteurs de percevoir leurs dû.

Lorsque nous serons bien policés, que nous restera-t-il ? Pas grand chose, une course au progrès, au bonheur, égocentrisme, mégalanthropie, gâchis, perte d'identité, tout ce qui porte en germes les pires cataclysmes encore à venir...

jeudi 19 janvier 2006

Les actualités

Album double en vente exclusivement aux Allumés du Jazz.
34 inédits de 30 labels pour seulement 18 euros,
avec un livret en couleurs de 40 pages 24x20cm.
ORIGINAL - LUXUEUX - PAS CHER

Commandez le double-album LES ACTUALITÉS, 34 inédits produits à l'occasion du Xe anniversaire des Allumés du Jazz ! Véritable objet qu'on adorera tenir entre ses doigts pour le faire tourner sur lui-même, les pages du livret abritent 2 CD de 130 minutes...

Marthe Vassallo et Lydia Domancich, Un Drame Musical Instantané avec Baco, Rude Aquaplaning, Stéphane Rives, Didier Petit, Murat Öztürk, Jean-Philippe Morel, Trio Jean Morières, Magic Malik Orchestra avec Sub-Z, Le Trio d’arrosage, Les Âmes Nées Zique, Sylvain Kassap, Jef Lee Johnson et Hamid El Kasri, Alima Hamel, Laurent Rochelle et Loïc Schild, Happy House, Groupe Emil, Grillo-Labarrière-Petit-Wodraska, Pierre-Alain Goualch et Franck Agulhon, Ensemble Text’Up, Guillaume de Chassy et Daniel Yvinec, Pablo Cueco et Mirtha Pozzi, Vincent Courtois, Collectif Terra Incognita, Étienne Brunet, Donald Brown, Briegel Bros Band, Hélène Breschand et Franck Vigroux, René Bottlang, Rémi Charmasson et Eric Longsworth, Raymond Boni et Claude Tchamitchian, Bertrand Auger et Francis Demange, Serge Adam…

Je reproduis ici l'édito du n°14 du Journal des Allumés qui est entièrement consacré aux Actualités :

French Touch ou le Grand Mix ?

Cette collection de 34 inédits suscite en moi une étonnante impression d’ensemble. Mon ami Bernard Vitet me souffle que tous les morceaux semblent appartenir au même projet artistique. Question de montage ? À moins qu’une French Touch ne se dégage des ACTUALITÉS, de façon imprévue ! Pourtant, les styles, les sonorités, les propos sont tous extrêmement variés, sans compter la présence de quelques musiciens étrangers. Étranger ? Qu’est-ce que cela signifie dans un pays carrefour de l’Europe et de tous les continents ? Les Français n’existent pas. Ils sont le croisement de toutes les immigrations successives depuis la Gaule jusqu’aux prochaines vagues. Finis Terrae, le bout de la terre, le point de convergence, la dernière escale avant l’embarquement, la première destination des jazzmen afro-américains, la terre d’asile des exilés politiques, le mythe des Lumières, les retombées de la colonisation qui a pris de nouveaux masques, ceux de la main d’œuvre à bon marché et des aides humanitaires… Notre xénophobie légendaire a la mémoire courte. L’intégration se fait parfois douloureusement, mais elle est inéluctable. Le communautarisme est anticonstitutionnel, pour employer de grands mots.

Et si la French Touch n’était rien d’autre que le mélange des cultures, le grand mix ? Cocteau disait que le fascisme ne pouvait pas prendre dans ce pays, que les Français sont trop indisciplinés, il ajoutait que « c’est une cuve qui bout, qui bout, mais qui ne déborde pas. » Que cela ne nous empêche pas d’être vigilants ! La veille du siège de leur ville, les habitants de Sarajevo pensaient qu’ils étaient à l’abri de la barbarie. Les journaux titraient « Les intellectuels gouvernent à Sarajevo ». Ici, des nostalgiques de la schlag déclarent l’état d’urgence lorsque les cités dortoirs se réveillent et se rappellent à leur bon souvenir.

Dans le secteur musical, les nouvelles ne sont pas très bonnes. Les salaires ont baissé, les intermittents les plus fragiles disparaissent, les disques ne se vendent plus, la curiosité des consommateurs a été émoussée, les grandes surfaces de vente prétendument culturelles n’offrent plus que les gros trucs qui rentrent dans le moule ou qui bénéficient de conditions de promotion considérables, les distributeurs virent de leurs catalogues ce qui n’est pas immédiatement rentable… La logique du profit à court terme envahit tous les secteurs d’activité, même ceux de la pensée.

En même temps, la résistance s’organise. Ça se réveille. Les lieux alternatifs se multiplient. Des soirées voient le jour chez des particuliers. Les orchestres investissent les bars branchés de la capitale qui ont repris de l’activité. Encore faut-il qu’il y ait des bars dans les quartiers ! Les banlieues sont aussi froides qu’une banquise, les plus démunis ne voient d’autre solution que de s’y brûler les ailes. Quelle flamme les anime ? Qui donc met le feu aux poudres ? Sarkozy ? Face à la médiatisation dominante, il est devenu nécessaire de provoquer des rencontres réelles, tactiles, des échanges de regards ou de points de vue, des embrassades… Il devient de plus en plus utile de transmettre, de donner des racines à la révolte pour qu’elle soit porteuse de perspectives. S’interroger, se souvenir. Dans le petit cercle des amateurs de jazz et de musiques assimilées, improvisateurs, contemporains, il est devenu comme partout impératif de rassembler ses forces. Penser par soi-même, échanger, transmettre, est-ce un droit ou un devoir ?

Une quarantaine de labels indépendants se sont ainsi regroupés pour défendre leur droit à la différence. Devrait-on écrire « pour défendre leur droit contre l’indifférence » ? Être, c’est déjà bien. L’imagination reste le meilleur garant contre l’apathie et les nouveaux fascismes. La solidarité est le mot clef des luttes qui veulent aboutir, pour une vie meilleure, pour les enfants de demain…

Dans LES ACTUALITÉS, si certains propos des interviewés peuvent frôler la paranoïa, qu’on l’entende critique, alors ! Nous ne sommes pas les victimes du monde dans lequel nous vivons. Notre responsabilité est entière. Nous en sommes les acteurs, et même les auteurs. Plus que de réfléchir les actualités, notre devoir est de les créer.

C’est ce qu’ont tenté de réaliser tous les musiciens et musiciennes qui ont participé au double album produit par Les Allumés du Jazz, parfois par des chemins très détournés ! Ce n’est pas un hasard si l’ensemble de ces contributions fait œuvre. Le disque intitulé LES ALLUMÉS porte en lui une étonnante détermination, franche et active. Celui intitulé DU JAZZ est plus tendre, plus intime. Entre les deux, ça transpire, une sueur saine et bien portante. Une promesse d’avenir.

Le recul que j’essaie d’avoir avec ces deux disques m’y pousse la tête la première. Cherchant à embrasser l’ensemble d’un seul coup d’œil, je ne fais qu’en choisir l’angle. À chacun le sien. La lecture du livret qui tourne sur lui-même donne le vertige. 180° de la première à la dernière page. Une volte-face.

                                      Jean-Jacques Birgé

Extrait du livret :

Les Allumés du Jazz est le premier endroit où se retrouvent des labels de production de jazz indépendants de toutes obédiences et d'orientations fort diverses. Tout y est envisagé, depuis la plus profonde tradition jusqu'à la plus extrême modernité. Tous les courants y sont représentés. Au-delà, cette disposition prépare l'avenir pour un accueil sans peur d'autres formes connues et inconnues.

Au début de cette année 2006 qui marque leur 10e Anniversaire, Les Allumés du Jazz ont décidé de sortir un double-album, LES ACTUALITÉS, composé de contributions inédites de 30 parmi 40 labels adhérents à cette date.

Chaque label a produit un maximum de 4 minutes de son en choisissant l'un des deux CD qui portent respectivement les titres LES ALLUMÉS et DU JAZZ. Libre à chaque label de publier ses 4 minutes sur l'un ou l'autre de ces CD, ou réparties sur les deux. De petits préambules ont été montés avant chaque morceau de façon à jouer le rôle de remise à zéro, mettant ainsi l’auditeur dans les meilleures dispositions pour découvrir chacune des œuvres. Ces intermèdes ont été enregistrés par les labels ou lors de rencontres et de conversations téléphoniques avec Jean-Jacques Birgé.

Chaque label a créé librement la pochette virtuelle de sa contribution comme s’il s’agissait d’un CD single. La maquette générale a été confiée à Daphné Postacioglu qui a conçu la nouvelle charte graphique du Journal. S’inspirant du Cover to Cover de Michael Snow, Birgé a imaginé un livret dont les couvertures sont tête-bêche. On peut le lire aussi bien dans un sens que dans l’autre, quitte à faire tourner le petit cahier de 24 sur 20 cm sur lui-même. Un effort particulier a été effectué sur la présentation de l’album dans l’espoir de figurer un objet suscitant la convoitise, façon élégante d'afficher notre attachement à la pérennité du disque, de lutter intelligemment contre le piratage en créant du désir plutôt qu’en criminalisant les consommateurs.

L'album est vendu au profit de l'association Les Allumés du Jazz, exclusivement par le biais de la vente par correspondance, du site Internet et sur le stand itinérant pendant les festivals.

Réalisation, montage et interviews - Jean-Jacques Birgé
Packaging et maquette - Daphné Postacioglu
Coordination - Valérie Crinière

mercredi 18 janvier 2006

Question sur la propriété d'une photo

L'affaire qui a opposé le producteur de disques Gérard Terronès (Futura/Marge) à l'agence de photos Méphisto a souligné encore une fois les abérrations de la législation, et de ce qu'on a coutume d'appeler aujourd'hui le droit à l'image.
Participez à l'enquête sur le droit photographique dans le prochain Journal des Allumés du Jazz. La question posée est :
À qui appartient une photo ?
- à qui la prend ?
- à qui y figure ?
- à qui possède l'endroit où elle est prise ?
Question formulée pour le n°15 à paraître au printemps.
Réponses à jazz@allumesdujazz.com

dimanche 15 janvier 2006

Comédies

Coup sur coup, plusieurs films nous font passer une excellente soirée de distraction et de détente. Ne boudons pas notre plaisir d'esthètes intellos. Pas facile de dégoter des comédies sympas qui ne soient pas débiles.

Le dernier film de Valérie Lemercier ne remporte pas tous les suffrages, loin de là, même si c'est un gros succès public. Probablement parce qu'il échappe au classement habituel, mélangeant les gros gags bien lourds à l'esprit le plus vif. Fallait choisir, semble susurrer la critique. Dommage, Palais Royal est nettement au-dessus de ce qui se fait habituellement en France en matière de comédie. On avait déjà beaucoup apprécié Quadrille et Le derrière... Peut-être que les gags d'une réalisatrice font grincer les dents de la macho-critique ?

Argh, les doigts dans la prise : un gag toutes les 10 secondes, il n'y a qu'Hellzapoppin pour rivaliser avec 1, 2, 3, film de Billy Wilder de 1961, qui passe à la télé sur Ciné-Cinémas... Le réalisateur choisit l'acteur capable de débiter son texte à la cadence d'une mitrailleuse, James Cagney, sublime en président de Coca Cola à Berlin chargé de surveiller la fille de son patron qui ne trouve rien d'autre que de s'amouracher d'un jeune berlinois de l'Est ! Anti-communisme primaire, anti-capitalisme primaire, anti-allemand primaire, la critique est hilarante... Ça vaut Ninotschka de Lubitsch qui passe le même soir sur une autre chaîne ! J'enregistre tout sur mon graveur dvd de salon, qu'aurai-je le droit d'en faire si la loi passe ? Pour l'instant, aucun verrou ne m'en empêche. Et si j'en faisais une copie à ma fille, deviendrais-je un délinquant ?

Anny nous prête un film récent, La face cachée de la lune du Québecquois Robert Lepage. Du cinéma comme on n'en fait plus beaucoup. Vision d'auteur, réflexion sérieuse, humour très fin, montage astucieux, cadrages et lumière superbes, effets spéciaux parfaitement adaptés au sujet... Un croisement entre Denys Arcand (pour la direction d'acteurs) et Spike Jonze (celui de Being John Malkovitch) ou Gondry (Eternal Sunshine of the Spotless Mind). Le cinéma québecquois est toujours à redécouvrir. Le film de cet acteur-réalisateur drôlement original semble introuvable à l'achat, épuisé sur Amazon, inacessible sur la Toile... Vais-je en être réduit à le copier illicitement pour le faire circuler et le sortir de sa clandestinité ? On sait que les copies illégales de logiciels profitent souvent aux constructeurs qui étendent ainsi leur emprise et visent même parfois le monopole.

Enfin, deux comédies sympas, on me demande souvent de projeter des comédies, et ce n'est pas si facile de ne pas sombrer dans les débilités, il y a bien les films de Jean-Pierre Mocky qui resortent presqu'aussi vite qu'il en filme de nouveaux, mais tous ne sont pas des chefs d'œuvre (on a revu avec joie Snobs, Les dragueurs, La cité de l'indicible peur...), alors cette fois Blind Date, de Blake Edwards (Boire et déboires, 1987), et surtout The Stepford Wives (Et l'homme créa... la femme, 2004), de Frank Oz, avec l'excellente Nicole Kidman... Vivement conseillé. On ne sait pas vraiment si le prêt sera toujours toléré. Comment fonctionneront les médiathèques et les discothèques si la loi sur la copie privée passe à l'Assemblée ?

samedi 7 janvier 2006

Le drapeau noir flotte sur la création numérique

Texte envoyé au journal Libération


Est-il permis de mettre en doute les propos de Denis Olivennes, président de la Fnac (Libération, du 2 janvier), lorsqu’il prétend ne pas s’opposer à l’amendement présenté par Patrick Bloche (Libération du 29 décembre) par souci de défendre les intérêts de son entreprise, le « premier disquaire de France » ? Après avoir enterré des centaines de petits disquaires au cours des décennies passées pour se retrouver en position de quasi monopole (Virgin ne faisant pas le poids), la Fnac privilégie chaque jour davantage les produits de grande consommation, mais pourrait un jour proche se retrouver en concurrence avec les hypers qui n’ont eux jamais prétendu défendre le marché culturel, et en déphasage avec les sites Internet de vente qui proposent enfin une offre variée qui lui fait aujourd’hui défaut. Le déréférencement automatique lorsque les ventes ne sont pas suffisantes et le nouveau système informatique obligatoire ont maintenant raison des distributeurs indépendants qui ferment dramatiquement les uns après les autres, laissant les petits labels à leur tour sur le carreau. Et ça se prétend défendre les petits et la création, mazette quelle hypocrisie ! Monsieur Fnac, ayez donc le courage de vos actes ! On pourrait citer nombreux exemples des pratiques de l’enseigne qui jettent un discrédit sur la politique qu’elle prétend défendre (les « sélections de la Fnac » qui ne sont que publicité déguisée puisque payantes, etc.). Les tenants du tout répressif et du cadenassage du Net tentent de noyer le poisson en jouant les défenseurs de la liberté. Un ami me rapportait récemment ce graffiti du métro : « ceux qui sont prêts à céder un peu de liberté pour de la sécurité ne méritent ni l’une ni l’autre ».

Les mesures proposées par le Ministre de la Culture, les industriels et les sociétés d’auteurs qui les soutiennent ne servent que les gros vendeurs, les artistes confirmés qui ont en effet tout à craindre du téléchargement pirate. Pour peu qu’on s’intéresse à autre chose qu’aux seuls produits de masse, l’offre est très réduite en Peer to Peer, ni plus ni moins qu'à la Fnac. Il ne suffit pas qu’on puisse commander un disque pour qu’il soit accessible, encore faut-il qu’il soit en magasin, mieux, dans les bacs et non derrière, en réserve ! Les artistes qui prennent des risques et sortent des sentiers battus, les débutants, les petits indépendants, n’ont que peu à perdre au piratage, car leurs fans sont des amateurs, de ceux qui aiment et sont prêts à dépenser le prix. Le prix, parlons en, comment se fait-il qu’il n’ait pas baissé alors que le coût de fabrication a considérablement chuté ces dernières années ? Sans parler de la TVA à 19,60% reléguant la culture à un objet de luxe. Comment justifier l’exhorbitance des logiciels, pire, de leurs mises à jour obligatoires ? Quid de l’incompatibilité des différents systèmes mp3 ? Qui faut-il incriminer, qui sont les vrais pirates ? La légalité ne confère pas forcément de légitimité à ces corsaires. Faire payer les fournisseurs d’accès, déjà presque tous associés avec telle ou telle multinationale de l’industrie culturelle, a le mérite d’être simple. Mais est-ce pour autant équitable ? Car ce qui est en jeu n’est pas seulement la perception, mais surtout la répartition. À qui ces sommes seront-elles attribuées ? À ceux qui sont copiés, certes, mais est-il prévu de reverser une partie à la création, aux secteurs difficiles, musiques contemporaines, jazz et assimilées, aux projets artistiquement ambitieux, aux débutants ? La licence globale permettrait de décriminaliser toute une partie de la copie privée. On se garde bien d’attaquer les vrais contrefacteurs, des états puissants, accords commerciaux obligent. Si nous voulons enrayer la piraterie, fabriquons du désir pour des objets à nouveau convoités, investissons dans de nouveaux artistes, dans de nouvelles formes, rendons accessibles ces œuvres à tous les budgets, faisons-les librement circuler, privilégions l’invention à la répression !

Retour en arrière sur des pratiques qui ont toujours existé. Dès 1964, j’enregistrais la radio où je découvris nombreux artistes qui sortaient des sentiers battus. Début des années 70, je recopiais sur bandes l’intégralité des discothèques de camarades plus fortunés ou plus gonflés que moi dans le vol à l’étalage. Plus tard, je n’enregistrais plus que les émissions de France Musique et France Culture où je dégottais des incunables, des objets rares, encore introuvables à ce jour dans le commerce. Devenu adulte, les cassettes n’alimentèrent plus que mon autoradio. L’offre commerciale était mince en ce domaine. Je commençai à acheter des 33 tours par désir de posséder les originaux avec leurs belles couvertures de 30 centimètres sur 30. Je replongeai avec l’arrivée de la VHS, un rêve formulé plus tôt, lorsque, élève de l’IDHEC, j’enregistrai le son des films pendant les projections. Je remplissais les fins de bandes avec des petits machins amusants ou édifiants qui réfléchissent aujourd’hui mieux leur époque que tous les tubes alors à la mode. Les alternate takes et les bonus des DVD participent de cette logique obsessionnelle. J’ai fini par acheter les disques, les CD, les DVD, les livres, par centaines, par milliers, et me constituer une culture audiovisuelle qu’aucun budget domestique n’aurait pu m’offrir à mes débuts. Aujourd’hui, seules les médiathèques peuvent offrir ce choix considérable.

La taxe sur les supports vierges légalisa enfin les pratiques pirates de mon adolescence en constituant un fonds de soutien à la création. Cette histoire est celle des quelques générations qui ont grandi avec l’essor de l’industrie musicale et audiovisuelle, qui se sont forgé une culture générale, poussant nombre d’entre nous à devenir des créateurs. Nous sommes de plus en plus nombreux, même si les nouveaux instruments donnent trop souvent l’illusion du professionnalisme aux pratiques amateurs.

Dans les années 90, je suis devenu auteur multimédia. Le CD-Rom d’auteur a absurdement sombré avec l’éclatement de la bulle Internet. Créer des œuvres sur Internet n’apporte hélas aucune rétribution malgré les millions de visiteurs des sites de création. Il est pourtant vital de rétribuer les œuvres de l’esprit, de nourrir les auteurs, faute de quoi ils disparaîtront. Cette régression a déjà commencé, et ce n'est pas le fait des jeunes pirates ! Les écoles forment des étudiants de meileurs en meilleurs, mais les sites sont de plus en plus moches, de plus en plus formatés. Les créateurs les plus réistants les désertent au profit des galeries d’art, les autres sont absorbés par la publicité et la communication.

Le Peer to Peer, qui m’a permis de réaliser un travail d’archéologue dont l’industrie n’a cure (préoccupée essentiellement par l'immédiate rentabilité) est un mode d’échange, un laboratoire de recherche, que la licence globale permettrait de légaliser. La Loi Lang de 1985 sur la copie privée octroyait jusqu’ici des sommes considérables à la création artistique (environ 40 millions d’euros en 2004 correspondant à 25% des sommes collectées). L’amendement qui est passé en décembre à l’Assemblée permettrait de préserver ce réajustement nécessaire face à l’inertie de l’industrie culturelle. Il n’est pas seulement question de la politique frileuse des majors, du cynisme de la grande distribution dite culturelle, mais aussi de la répartition des droits par les sociétés d’auteurs. La SACEM, par exemple, affecte bien heureusement une partie des perceptions « irrépartissables » à l’action culturelle, manière de rétablir un peu de justice dans une gestion qui favorise toujours les gros au détriment des petits (la majeure partie est reversée au prorata des sommes déjà perçues !), idem avec la loi de 1985 qui permet aux interprètes, via la SPEDIDAM et l’ADAMI (sociétés qui soutiennent toutes deux la licence légale), de percevoir des droits lorsque les œuvres sont rediffusées. Toutes ces sociétés d’auteurs et d’interprètes, comme le FCM, soutiennent la création grâce aux fonds récoltés sur la copie privée, que le consommateur finance chaque fois qu’il achète un support vierge. Pourquoi ne pas l’étendre au Web ? La SACEM ne contracte-t-elle pas nombre d'accords forfaitaires ?

Le capitalisme, devenu marxiste, a compris que la révolution serait internationale ou ne serait pas. Le mouvement est mondial. Par ses combats incessants, la France est restée le pays des exceptions, ne fussent-elles plus que culturelles. Son rayonnement à l’étranger doit beaucoup à ses aberrations républicaines. En défendant encore la création, elle doit résister aux tentations de contrôle, promouvoir l’échange, protéger ses auteurs, revaloriser la solidarité. Car dans tous les cas, il s’agira de savoir si, selon les lois du marché, ce sont seulement ceux qui vendent le plus qui doivent en profiter, ou si d'autres lois peuvent permettre aux défricheurs, dont les rêves sont souvent cannibalisés par l’industrie, de continuer à ouvrir des brèches dans un marché de plus en plus frileux et conservateur, lui permettant ainsi de perdurer, éternel paradoxe du révolutionnaire.

uk essay writing service | essays service