Deux tout petits films.
Le premier est de Jan Svankmajer, un des maîtres de l’animation tchèque. Il dure une minute. C’est un classique. Un clin d’œil aux amateurs de viande rouge. Svankmajer est l’auteur d’un inquiétant et sublime Alice d’après Lewis Carroll, mais ça fait peur aux enfants ! Ces autres longs métrages sont un peu barbants, cela arrive souvent chez les animateurs, voir Nick Park et Bill Plympton... Possibilités de dialogue est mon court métrage préféré de Svankmajer qui signe seul, mais travaille en étroite collaboration avec sa femme, Eva Svankmajerova. Très beau livre sur eux deux aux Éditions de l’Œil intitulé Bouche à bouche. Les deux compilations DVD chez Chalet Films sont à acquérir sans délai.

Le second film est un inédit des frères Quay, deux disciples de Svankmajer qui ont su trouver leur place. Il ne dure que trente secondes. Juste une pub ambiguë contre le sida. Les frères Quay sont aussi passés au long métrage avec Institute Benjimenta, mais là aussi je préfère leurs courts…

Je viens de découvrir un autre animateur tchèque dans la même mouvance, Jiri Barta, avec sa compilation de courts, Labyrinth of Darkness. Les techniques d’animation sont variées comme chez les Svankmajer, mais Barta n’en a pas la personnalité. Dans le même paquet venu des USA, il y avait un troisième volume de leurs courts métrages, The Ossuary and Other Tales. Il est complémentaire de la double compilation américaine Kimstim, The Collected Shorts of Jan Svankmajer, mais attention, quelques doublons avec les deux volumes édités en France par Chalet. Je ne l’ai pas encore regardé, mais je m’en lèche déjà les babines.