En photographiant le ciel au hasard des 300 km/h, j'intercepte un trapèze suspendu aux caténaires. Avec la campagne sécuritaire que mène les bandits qui nous gouvernent, c'est moins risqué qu'un fer à béton. L'acrobate électrifié se consumerait tout de même vitesse V, participant à l'effet de fumée déployé par le gouvernement pour faire oublier l'affaire Bettancourt qui risquait de le faire chuter. Les faits divers reflètent une société, mais ils servent aussi à camoufler les scandales lorsqu'ils sont promus en une des journaux.
Un ami qui voulait renouveler sa carte de séjour à la Préfecture de Bobigny, s'étant planter la première fois à cause de l'afflux de monde, s'y est pointé à 7h30 du matin, une heure plus tôt que conseillé par le préposé. Il y avait déjà trois cents personnes ! Certains y avaient passé la nuit. Devant les policiers présents pour calmer les ardeurs des révoltés, des margoulins revendaient de bonnes places dans la queue 50 ou 100 euros. Malgré cela l'ambiance cosmopolite laissait percer la solidarité. À 9h30, un employé est passé prévenir que ce jour-là on ne pourrait recevoir autant de monde. Début août, seuls deux guichets étaient ouverts. Alors encore trois personnes derrière mon ami, mais les autres devraient revenir. À 16h30, il a pu retirer le dossier qu'il était venu chercher. On ne lui a pas demander son nom. Il n'a eu à montrer aucun papier. C'est sympa. Il avait seulement passé deux jours pour se voir remettre un dossier à remplir.
La fumée russe ne se dispersera pas aussi vite. Le vent apporte de très mauvaises nouvelles. On nous racontera pourtant les mêmes mensonges qu'après Tchernobyl. En Allemagne, les sangliers sont abattus sans pouvoir être mangés. En France, quatorze ans plus tard, les champignons sont toujours impropres à la consommation dans de nombreuses régions. Mais ce ne seraient que des symptômes négligeables. Nous n'aurions pas été touchés. Le mensonge, le gâchis, la bureaucratie, le profit sont des valeurs sûres...