Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 1 avril 2019

L'Empire Bicéphale est en podcast


L'Empire Bicéphale est en podcast (50 minutes) !
Toute ressemblance avec nos dirigeants ne pourrait être que fortuite...
https://www.franceculture.fr/emissions/lexperience/lempire-bicephale


La dernière création de la Saison France-Roumanie 2019 >>
L’EMPIRE BICÉPHALE une satire politique fantastique avec beaucoup de SEXE co-écrite et co-réalisée par Amandine Casadamont et Stihi Ilinca from Bucharest avec Annabelle Brouard au ✂️ - Un Atelier de Création Radiophonique qui porte bien son nom 🙌🏼 - Pour ceux qui ne parleraient pas français elles ont même une version roumaine 🇷🇴 - avant première Prix Nova 6 juin 💥
"Après le déclin industriel, la montée des eaux et un empoisonnement général, un pouvoir autoritaire et fantaisiste est né des cendres de l’Europe : L’Empire Bicéphale. Une réflexion "sous le prisme de l’idiotie" : un tableau nuancé d’un monde menacé par ses propres élites, où la jouissance immédiate nous détournerait de notre futur. Un beau matin, deux présidents se réveillent côte à côte dans une réalité qui leur semble familière et qui peu à peu se transforme en un décor inquiétant. Une disparition qui intervient en pleine campagne électorale. Que faire ? Impossible d’annoncer la disparition des présidents, mais pourtant il va bien falloir coûte que coûte continuer la campagne."

Le nouveau Blog d'Étienne Mineur


Le 4 août 2005 je mettais en ligne mon premier article de blog. Comme j'avais l'intention d'imaginer une œuvre artistique en m'appuyant sur ce nouveau mode d'expression, j'étais allé voir le graphiste Étienne Mineur qui publiait quotidiennement des choses passionnantes depuis le début de l'année. Mon ami m'aida à installer l'application DotClear que j'utilise toujours. Je fus instantanément happé par cette nouvelle addiction, le blog lui-même devenant au fil des années une de mes œuvres les plus importantes, totalisant plus de 4000 articles aujourd'hui !


De son côté, jusqu'en août 2012 Étienne Mineur s'appuya sur DotClear qu'il quitta après 1670 articles pour construire un nouveau blog d'Archives qu'il abandonna au bout d'un an. C'est donc avec surprise et ravissement que j'apprends qu'il remet le couvert avec une troisième mouture ! Cette fois le site d'Étienne rassemble son nouveau blog, un safari typographique à travers le monde où il photographie la signalétique urbaine sauvage (enseignes, graffitis, peinture murale, affiches, stickers…), un portfolio, des croquis et bientôt ses enthousiasmantes conférences filmées.


Lorsqu'on connaît l'entrain et la passion partagée généreusement de mon camarade on ne peut que se réjouir d'avoir à découvrir des merveilles dégottées par ce chercheur de trésors. Que ce soit pour sa fougue communicative et son insatiable appétit d'étonnements je me reconnais évidemment dans ce zébulon avec qui je commençai à travailler en 1995 sur le CD-Rom Au cirque avec Seurat chez Hyptique dont il était directeur artistique. Nous avons ensuite collaboré sur mon CD-Rom Carton, l'habillage télévisuel d'EuroPrix 98 à Vienne en Autriche, pour Gallimard avec Moebius le site Magado qui ne verra jamais le jour, La Maison Fantôme avec Sacha Gattino, la série Zéphyr des 5 Balloons et l'incroyable jeu World of Yo-Ho chez Volumique, les emballages des DVD de Françoise Romand, les pochettes et livrets de mes derniers disques (El Strøm et mon Centenaire), et pas mal d'autres projets...


Internet est devenue une encyclopédie vivante, une médiathèque tentaculaire, qu'il serait plus que regrettable, voire dangereux, de voir muselée, censurée, marchandisée par les gouvernements et leurs commanditaires sous les prétextes les plus fallacieux. Si les informations sont toujours à prendre avec des pincettes, cette règle vaut d'abord pour les organismes contrôlés par l'État et la presse traditionnelle qui ne s'est jamais privée de fake news et autres manipulations à des fins mercantiles ou politiques. Les blogueurs n'étant pour la plupart pas rémunérés pour leurs partages restent libres d'écrire ce qui leur chante...