Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 12 mai 2014

Mac Migration


Le combat est pénible, mais je ne doute pas de la victoire. Colossale épreuve que d'acquérir un nouvel ordinateur avec la nécessité de retrouver informations et applications sur un outil tout neuf et survitaminé. Après sept ans de bons et loyaux services mon MacBook Pro exige depuis quelque temps des réparations systématiques du disque dur. J'aurais pu le remplacer, mais lors des concerts je suis embarrassé par la lenteur du processeur. Le disque SSD du petit nouveau accélère la vitesse de chargement de 4 à 10 fois. Comme il était hors de question de me coltiner l'absurdité de Mavericks, système 10.9 livré d'office par Apple, on m'a proposé une bête de concours puissante "reconditionnée", les célèbres "refurbished", appareils d'exposition ou retours quasi neufs, équipée d'un Mountain Lion, soit 10.8. Les mises à jour sont fastidieuses, mais peu d'incompatibilités parmi les logiciels que j'emploie quotidiennement. Préférant réinstaller de zéro ce dont j'ai réellement besoin plutôt que recopier les 470 Go de l'ancien l'opération dure plusieurs jours.
J'ai collé sur le capot le même sticker d'Ella et Pitr où une petite bonne femme combat le monstre, manière de camoufler la pomme qui s'éclaire lorsque je suis en scène. J'ai fait attention de ne pas coller la boxeuse dans la pomme, on aurait pu croire qu'Apple combattait le monstre. Il ne faut pas se tromper d'ennemi, bien qu'il faille composer avec.
J'ai dû me fendre en plus d'un petit graveur DVD indépendant puisqu'il a disparu de la machine, un disque dur rapide en USB3 et trois adaptateurs (FireWire, VGA, HDMI). Les applications sont presque toutes opérationnelles maintenant, les documents persos ne posent évidemment aucun problème, mais je ne sais pas où trouver les mails sur l'ancien ordi pour les récupérer, ni comment gérer mes milliers de photographies pour ne pas encombrer le disque dur avec tout sur iPhoto. Après quelques coups de fil à diverses hotlines je suis proche de la victoire. Elle sera très relative, car la totalité des œuvres que nous avons créées avec Director, les CD-Roms, ne fonctionnent plus avec le nouveau système, un scandale ! Le patrimoine disparaît à moins de trouver un émulateur qui les fasse marcher correctement. N'ayant plus accès à Alphabet, Somnambules, FluxTune, FlyingPuppet, etc., je suis obligé de conserver le vieux portable qui va rejoindre dans les archives un iBook blanc qui autorise la lecture des CD-Roms en OS 9. Heureusement Machiavel fonctionne toujours car son projecteur a été recompilé avec Director 11.5 !
J'ai cru vaincre la bête, alors que l'ère de l'informatique marquera certainement un trou de mémoire colossal dans l'histoire de l'humanité.

mercredi 7 mai 2014

Istanbul Market


Je suis toujours curieux de cuisines exotiques qui me font voyager par le goût et l'odorat. Ainsi, lorsque mes amis m'ont prévenu qu'ils partaient faire leurs courses au supermarché turc de Noisy-le-Sec je n'ai fait ni une ni deux, sautant dans mes chaussures pour les rejoindre illico presto. Armagan avait plusieurs fois évoqué Istanbul Market en apportant loukoums, keftas, gâteaux de semoule et petits plats qu'elle avait concoctés elle-même avec des épices succulentes. Bien entendu elle trouve que ce n'est jamais aussi bon que dans son pays, mais elle retrouve les saveurs de son enfance dans les rayons du magasin situé au 150 rue de Paris. Vous allez tout droit depuis la Porte de Pantin et lorsque vous voyez l'A86 surplomber la route vous êtes arrivés ! Pour moi c'est Topkapi et le grand bazar réunis. Je parcours les rayons comestibles comme si je visitais un musée où l'on peut toucher et emporter chez soi les œuvres exposées. Mon panier est juste assez grand pour contenir loukoums à la pistache, bonbons de sucre coton, mûres du framboisier séchées, légumes au sel, prunes crues à mélanger à la salade, fromage de yoghourt au thym, huile d'olive, etc. Pour m'achever nous nous arrêtons au retour à la pâtisserie du Sérail au 165 avenue Jean Lolive à Pantin. Leurs blaklavas aux noix ou à la pistache qui dégoulinent de sirop de sucre égratignent délicieusement mon régime !