Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 25 octobre 2016

Suivez le guide


Avant de nous envoler pour Rome je cherche évidemment des billets d'avion pas chers et un logement abordable, en fonction des dates d'Elsa qui y reprend la nouvelle version de Carmen au Teatro Olimpico avec l'Orchestra di Piazza Vittorio. Créé au Festival Les Nuits de Fourvière en 2013 avec les chœurs et cordes de l'Opéra de St Étienne, cette interprétation cosmopolite du chef-d'œuvre de Bizet avait ouvert la saison de l'Opéra de Rome dans les Thermes de Caracalla l'année suivante, pour être remanié dans une version encore plus pop l'an passé. Dans cette adaptation mariant la salsa au flamenco, la techno au chant lyrique, le blues au tango, le reggae aux sonorités arabes, indiennes et africaines, Elsa, qui tient le rôle de Micaëla, est la seule Française de cette compagnie où chaque personnage chante dans la langue de son pays. Mama Marjas qui tient le rôle titre est à l'origine une chanteuse italienne de raggamuffin, le Brésilien Evandro Dos Reis est Don José, le Tunisien Houcine Ataa est Escamillo, etc. D'autres dates sont annoncées ailleurs, mais nous profitons de cette opportunité pour retourner à Rome où ni Françoise ni moi sommes allés depuis une trentaine d'années.
Nous trouvons donc un vol Air France très bon marché grâce au site Opodo et un appartement spacieux au centre de Rome sur Airbnb pour un prix nettement inférieur à la moindre chambre d'hôtel. Certains parlent d'ubérisation, ce qui a le don de m'énerver, car le système D et les parades aux abus des grands monopoles ne sont pas pires que l'ultralibéralisme ambiant auquel ils participent à moindre niveau. Nombreuses multinationales échappent certes aux impôts locaux, mais les profits de la plupart d'entre elles s'évadent dans des paradis fiscaux avec l'appui des banques. La protection sociale des travailleurs se réduit chaque année à la peau de chagrin sans que l'on ait besoin de chercher un bouc émissaire chez Uber, analyse simpliste évitant d'évoquer le service déplorable des taxis dont 80% de la flotte parisienne appartient à G7 (le concurrent Taxis Bleus fait partie du même conglomérat !) et les conditions de travail des chauffeurs, bien pires que celles imposées par Uber. Pour aller à l'aéroport, nous emprunterons donc le système de cette compagnie dont l'application sur smartphone est remarquable, fiable et astucieuse, pour un prix défiant toute concurrence.
Il suffira ensuite de chercher les meilleurs restaurants romains sur TripAdvisor en fonction des quartiers que nous arpenterons et conformément à notre budget ! Il y a peu j'ai eu la surprise de constater des réductions de 20 à 50% lorsque l'on réserve à Paris avec l'application Lafourchette. Internet permet aux commerçants de remplir leurs hôtels et restaurants en bradant les prix au dernier moment, comme nous le pratiquions en Asie avec Agoda...

Illustration : ravioles de navet cru farcies de caille, émulsion d'escabèche et légumes au restaurant Er Occitan, Bossost, Espagne, découvert grâce à TripAdvisor.

jeudi 20 octobre 2016

Fuite de fuel


Les évènements s'enchaînent, les catastrophes se déchaînent. Bon d'accord, c'est à un petit niveau, très perso, mais j'aurais tout de même préféré faire de la musique plutôt que soulever des poids lourds et remuer ciel et terre pour trouver la panne. Lorsque l'on me demandait comment ça va, j'avais tendance à répondre que les emmerdements se suivent, mais ne se ressemblent pas. Je serais plus positif en affirmant qu'il est extraordinaire de constater comme il est difficile d'avancer dans la vie, à devoir sauter un obstacle pour affronter le suivant. Ma maman me rappelle que plaie d'argent n'est pas mortel, mais elle s'accompagne très souvent d'un marathon physiquement et psychologiquement pénible pour en venir à bout...
Ainsi, j'ai laissé s'épuiser le fuel et la chaudière s'est arrêtée, ce qui a probablement assassiné la pompe électrique, et paf, le porte-monnaie. Notre consommation de fuel fut étrangement forte pour les cinq mois passés et j'avais pourtant eu l'impression d'avoir vérifié la jauge récemment sans que cela soit alarmant. Le livreur nous a donc dépanné en urgence de 1000 litres en attendant le reste la semaine prochaine. Comme j'avais un doute sur la jauge, j'ai regardé à nouveau cinq jours plus tard. Il ne restait presque rien dans la cuve. Une odeur de mazout flottait vers la trappe qui pèse un âne mort. Je me suis fait aider pour la soulever. Le retour de fuel coulait comme un robinet, non pas dans la cuve, mais à côté, dans la terre. Est-ce le livreur qui, dans sa hâte, aurait fait tomber un bout du tuyau dans la cuve ou était-il déjà mal vissé ? En attendant de remplacer le cuivre nous l'avons donc rallongé avec un bout de plastique pour que le flux s'écoule au bon endroit. Mais nous avons perdu entre 500 et 700 litres de fuel partis dans la terre, ce qui n'est pas franchement écologique, même si c'est de là qu'il provient avant raffinage, du moins à quelques milliers de kilomètres et à quelques millions d'années.
Avec les impôts locaux exorbitants, le fuel est la dépense la plus importante de notre habitation. La maison est grande. Nous aimons avoir chaud. Ce sont donc plusieurs milliers d'euros qui partent en fumée chaque année. Si nous vivions dans le sud, nous soulagerions considérablement la note, à tous points de vue. J'y pense parfois, d'abord parce que la mer me manque à Paris, et que son niveau ne montera pas jusqu'ici de mon vivant. Je suis d'une nature impatiente.

jeudi 13 octobre 2016

Reprenez le contrôle de la ville en 50 hacks


Le graphiste et designer Geoffrey Dorne publie en édition bilingue Hacker Citizen, le guide de survie citoyen en milieu urbain, cinquante idées amusantes à réaliser soi-même pour résister à la société de contrôle qui, de plus, nous submerge de publicités et bétonne à tours de bras nos villes. Certaines sont vraiment potaches, mais d'autres sont quasiment d'utilité publique. J'avais déjà croisé des bibliothèques de rue, cabines téléphoniques désaffectées où l'on peut déposer et prendre gratuitement des bouquins, mais j'ignorais qu'il existait des prises USB dans le mobilier urbain ou de discrètes prises électriques au coin des rues. On peut confectionner des nids pour les oiseaux ou des bombes à graines pour ensemencer quantité d'espaces laissés vacants, détourner les caméras de surveillance et les affiches de publicité honteuses. Geoffrey Dorne a conçu un joli livre en illustrant chaque page où l'imagination des activistes est astucieusement sollicitée pour égayer la ville et détourner ce qu'elle a d'odieusement intrusive. Il devrait enchanter les graffeurs et les noctambules, et profiter ainsi à toute la population !



→ Geoffrey Dorne, Hacker Citizen, Tind Editions, 24,90€

lundi 10 octobre 2016

Contreplongée


Comme je n'arrive pas à m'allonger complètement sur la banquette supérieure, je fléchis légèrement les jambes en reposant mes pieds sur les barres en cèdre rouge qui peuvent à d'autres moments rendre la position assise plus confortable. Deux dossiers amovibles sont ainsi livrés avec le sauna. La tête bien posée dans l'alignement de la colonne vertébrale, je vois à travers la fenêtre isotherme le haut des frondaisons du laurier et le mur de bambous qui montent à dix mètres.
J'avais fait pousser cette haie pour bronzer nu à l'abri des regards de la barre d'immeuble située à trois cents mètres, ce qui est absurde à plus d'un point. D'abord parce que ces vingt étages sont très loin de chez nous, ensuite parce que les lofts construits depuis les cachent, enfin parce que plein sud les bambous constituent un parasol parfait qui nous prive du soleil. Ce sont les aléas ridicules de la migration bucolique d'un citadin confronté à la nature. Depuis, j'ai beaucoup appris, mais il m'arrive encore de commettre des erreurs risibles dès que je me mets à bricoler. J'incarne ainsi souvent Bouvard et Pécuchet à moi tout seul !
La position allongée sur le dos, liée à la respiration, est celle que me fait travailler mon kiné Mézières. Je souffle en creusant le ventre et en faisant descendre les côtes vers le bas sans monter les épaules et en essayant même de rapprocher mon cou de la couchette. J'ai trouvé une autre astuce pour y arriver en fléchissant les jambes : je m'allonge dans l'angle de la banquette du bas en plaçant mes jambes à l'équerre sur celle du haut, ce qui me donne plus de place en largeur pour poser les mains.
J'ai tendance à suer le matin plutôt que le soir, mais après la séance de vingt minutes il est indispensable de boire de l'eau et se reposer. Sinon j'ai profité du beau temps de samedi pour nettoyer les grands miroirs placés un peu partout dans le jardin pour renvoyer la lumière.