Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 27 juin 2017

Salopards en casquette


Hier Louis-Julien Nicolaou écrivait que "hormis chez quelques rappeurs, j'ai jamais pu blairer les gens à casquette. Homme ou femme, c'est pareil. La casquette, c'est niet." C'est le genre de communication qui s'échange sur les réseaux sociaux, comme on se confie à ses amis. Si les avis divergent, cela change des insultes apolitiques qui fleurirent pendant les élections. On en reparlera dans six mois lorsque la réalité aura remplacé le storytelling des médias aux ordres... Ainsi, les unes et les autres réagissent et commentent. Marc Chonier poste une photo de lui avec couvre-chef et bébé sur le ventre, arguant d'abord qu'il y a casquette et casquette, et qu'elles sont très utiles aux chauves.
Sa casquette est du type européen, fondamentalement différente des américaines qu'évoque Nicolaou. Dans la première partie du XXe siècle, celle de Marc était la marque distinctive des ouvriers, que les bourgeois appelaient d'ailleurs "les salopards en casquette". Les patrons se distinguaient de la plèbe en portant melons ou hauts-de-forme. Il y a aussi celle des marins, et les circonstances pourraient pousser tout un chacun à ressembler avec joie au Capitaine Haddock. La casquette que ne peut pas supporter le journaliste des Inrocks est la casquette américaine, créée à l'origine pour le base-ball. Elle souligne l'influence des USA et ne donne pas à ses porteurs un air très intelligent, surtout lorsque la visière est à l'envers comme celle des coureurs cyclistes désirant protéger leur nuque du soleil. Cette impression peut sembler arbitraire, mais ce galurin rime hélas avec McDo et d'autres poisons du soft power...
Il existe quantité de couvre-chefs. Ayant porté moi-même la casquette avec rabat derrière la tête pour les traversées du désert, j'ai finalement et définitivement opté pour le chapeau des pêcheurs cambodgiens du Tonlé Sap. J'en possède de différentes couleurs. La visière est généreuse en largeur comme en longueur, quasi panoramique, et le rabat permet aussi d'éviter les coups de soleil qui vous prennent à revers. Ce tissu peut être relevé par deux petites ficelles qui pendent de chaque côté, ou couvrir le visage grâce à des boutons pression pour laisser apparaître seulement les yeux lorsque le vent de sable vous empêche de respirer. Agrémentée d'une paire de lunettes, c'est la version tropicale de la cagoule intégrale que je choisis par grand froid en passant loin des banques pour éviter tous risques inutiles !

mardi 20 juin 2017

Bondage bovin


Sortant la tête de veau de la cocotte, j'ai immédiatement pensé à Araki. Nobuyoshi Araki est un photographe japonais connu, entre autres, pour ses mises en scène bondage avec des jeunes femmes nues attachées et suspendues par des cordes. Le sexe et la mort font partie de ses préoccupations majeures, en outre partagées, avec l'argent, par toute l'humanité. Il est certain que l'éleveur que nous avons rencontré à la Confédération Paysanne et qui a ficelé la bête n'arrive pas à la cheville des maîtres japonais, alors la tête !
Je me suis aussi souvenu du court métrage de Sonia Cruchon, À quoi rêvent les têtes de veau, mais je doute que l'on puisse tirer quoi que ce soit de l'inconscient de celle-ci !


De même que l'on ne peut pas aborder l'art du kinbaku avec n'importe qui sans le choquer, on ne peut proposer une tête de veau à dîner à ses invités sans leur avoir demandé auparavant s'ils aimaient cela. Le terme "aimer" n'est d'ailleurs pas plus approprié que pour la sexualité, et ces à-peu-près sont la source de maints déboires. En tout cas, les préjugés sont plus forts que la curiosité gastronomique.
Dans une marmite remplie d'eau bouillante salée nous l'avons d'abord fait cuire vingt minutes avec un oignon, du thym et du laurier, puis une heure et demie à feu doux avec des carottes. La sauce exquise consiste à mélanger de l'huile d'olive, du vinaigre, de la moutarde et un œuf dur broyé. J'avais perverti la chose en choisissant trois vinaigres, un de cidre à l'ail, un vinaigre noir chinois et un peu de Melfor alsacien, plus quelques cornichons turcs pimentés finement coupés. On est œcuménique ou on ne l'est pas ! Il existe des recettes plus sophistiquées, de même que ma sauce gribiche n'est pas tout à fait orthodoxe. Mais nous nous sommes régalés, comme jadis les révolutionnaires célébrant la mort de Louis XVI par cette ripaille chaque 21 janvier.

mardi 6 juin 2017

Le diable est dans les détails


Les douze coups de minuit étaient bien derrière nous. Il n'en avait probablement sonné qu'un petit. Pour la route ! J'ai glissé la clef dans la serrure. Elle tournait, tournait, tournait sur elle-même. Comment aurions-nous fait sans la porte du garage ? J'éclairai mes tentatives vouées à l'échec en tenant l'une de mes lampes torche à LED entre les dents. Dehors j'ai entouré de gaffeur noir la clef que je n'avais pas réussi à extraire du canon, pour lui éviter de briller sous le réverbère. J'ai attendu lundi pour contacter un voisin bricoleur possédant une disqueuse et un poste à souder.
Parti dans une des grandes surfaces spécialisées situées en banlieue-est avec le vieux modèle cassé, je me suis fait refiler une fermeture par cylindre inadaptée. Nietzsche prétendrait que le diable est dans les détails ! La taille était la bonne, le canon était bien centré, mais la gâche et le verrou étaient inversés ! J'ai donc emprunté quatre fois l'autoroute, harponné le vendeur du rayon quincaillerie, négocié la reprise du blister déchiré, pour que ça colle... C'est dingue, on ne pouvait pas voir que l'on s'était trompé sans lacérer le plastique, mais j'ai surtout l'impression qu'il y a toujours un détail devant lequel je passe à côté et qui me fait recommencer je ne sais combien de fois ce qui devrait être évident dès la première.
Le voisin s'en est superbement sorti. Même pas besoin de repasser une couche de peinture bleu marine. Voilà dix-sept ans que le penne n'était pas en face du trou ! Maintenant qu'il y est au bord, j'espère que les froussards vont arrêter de nous emmerder en tentant de nous faire voter Macron encore une fois. Pendant qu'on œuvrait, leurs militants sont d'ailleurs passés dans la rue avec leurs tracts bleu ciel. Ils ont hésité à me le tendre, sachant qu'il finirait à la poubelle, pas seulement celle de l'Histoire.
Dommage que mon interphone se soit remis à déconner. Il y a des portes destinées à être fermées, mais les nôtres sont branchées ouverture. Sauf qu'il faut de nouveau nous déplacer au lieu de faire cela à distance. Alors on crie "qui est-ce ?" par la fenêtre. Pour les Témoins de Jéhovah j'avoue qu'on ajoute autre chose sans avoir besoin de descendre ni traverser la cour. J'ai installé une sonnerie sans fil qui hurle cocorico à faire sursauter la marmaille féline. C'est trente fois moins cher que l'Urmet pourri qui fonctionne une fois sur dix. C'est seulement ennuyeux quand il pleut, mais on a commandé du soleil. En tout cas, à la maison, ça brille toute l'année et la température est diaboliquement idéale. Je le disais, tout est dans les détails...

Note à celles et ceux qui ont un double de la porte du jardin : réclamez la nouvelle clef en imitant le cri du coq !

jeudi 1 juin 2017

Le technicien prend la main


Il y a des jours où l'on devrait être occupé à autre chose. Mais voilà, ce matin-là j'avais du temps à perdre. C'était censé m'en faire gagner à l'avenir. J'ai donc tenté de résoudre un des 1001 problèmes domestiques laissés de côté et pour lequel il faut parfois attendre dix ans avant de s'y pencher. Ou bien jamais. Peu adepte de la procrastination, j'aurais plutôt tendance à laisser tomber instantanément l'affaire en cours pour répondre à un appel à l'aide. Je ne suis pas non plus du genre à m'avouer vaincu, comme cette fichue clef du coffre-fort si bien cachée que nous sommes toujours à sa recherche trois ans plus tard. Ce n'est pas qu'il abrite nos économies, il y a juste ma modeste collection numismatique d'enfant, mais c'est rageant.
Alors voilà, contrarié de ne pas réussir à synchroniser le Calendrier sur mes MacBook Pro, iPad Pro et iPhone 6S, j'ai tenté de les synchroniser via iTunes plutôt que iCloud qui résistait à mes injonctions. Ayant fait chou blanc et revenu à iCloud, j'ai simplement bloqué mon Calendrier dont une fenêtre était ouverte avec le panneau "Déplacement des calendriers vers le serveur". J'eus beau forcer à quitter, redémarrer, après avoir décocher, recocher, les flèches n'atteignaient jamais leur cible.
J'ai donc composé le 0 805 54 00 03, numéro d'Apple Assistance qui m'a répondu aussitôt. Après m'avoir fait jeter quelques 100 000 fichiers (je n'exagère pas, mais les manipulations furent heureusement beaucoup moins nombreuses), mon ordinateur est redevenu tout neuf ou plutôt frais comme un gardon. Le service est gratuit (pas le coût de téléphone, mais ce n'est pas grand chose, vous pouvez aussi vous faire rappeler et là c'est vraiment gratuit), même à y passer des heures comme avec Françoise dont les problèmes semblent plus complexes que les miens. Le technicien a donc pris la main sur mon ordinateur, ou plus exactement, avec sa flèche rouge à lui, il m'indiquait les manipulations que je devais exécuter, condamnant à mort des fichiers devenus inutiles avec le temps. Après avoir brillamment résolu mon problème, il me conseilla de me connecter désormais à iCloud en cas de pépin similaire. Pour compléter ma formation, il me suggère de régulièrement réinitialiser le contrôleur de gestion du système (SMC) de mon Mac et réinitialiser sa mémoire NVRAM. Je ne résume rien, le plus sûr est que vous cliquiez sur ces deux liens. Il ajouta que pour mon tour Mac Pro il était par contre nécessaire de débrancher tous les câbles, pas seulement l'électricité, et ensuite d'appuyer 15 secondes sur le bouton d'allumage... J'allais oublier de souligner qu'il ne faut jamais jeter à la poubelle ou transformer de quelque manière que ce soit des sauvegardes de Time Machine sans provoquer une catastrophe menant au formatage de l'ordinateur, rien que ça !
En tout état de cause je n'ai pas perdu ma matinée, et pour fêter cela je suis parti avec Armagan faire des emplettes gastronomiques à l'Istambul Market de Noisy-le-Sec. Le petit bistro d'à côté y fait de délicieuses lahmajouns qui ne coûtent que 2,50€. Sur la route la file de voitures faisant la queue aux pompes à essence encore pourvues s'allongeait à vitesse V. Nous sommes rentrés tranquillement par Romainville et Les Lilas où les petits pavillons fleuris respiraient un air de vacances. Ayant presque tout dévoré avant de penser à illustrer mon article, il ne me restait que les çig kofte moulées à la main (on reconnaît la trace des phalanges sur la photo), où la viande crue est remplacée par de la semoule comme on le pratique à Istambul...