Berceuse ionique (du nouvel album de JJB)


La première vidéo du album de Jean-Jacques Birgé, Perspectives du XXIIe siècle, est en ligne. Pour lancer les opérations, Sonia Cruchon a choisi la Berceuse ionique en jouant avec les silhouettes des rescapés de la catastrophe. Des images du passé habitent ces ombres colorées. À chaque réalisateur JJB a demandé de s'inspirer des archives découvertes sur les ruines du Musée d'Ethnologie de Genève, qui lui a commandé l'œuvre et produit le CD, pour inventer leur avenir. Nous sommes en 2152. Il avait ainsi procédé avec la musique, s'appuyant sur 31 pièces enregistrées entre 1930 et 1952 du Fonds Constantin Brăiloiu conservé aux Archives internationales de musique populaire (AIMP) du MEG. Brăiloiu (1893-1958) est une référence majeure dans le domaine des musiques traditionnelles. Ce petit opéra où les voix viennent de très loin mêle des instruments acoustiques dont certains appartiennent aux collections du MEG, des instruments virtuels, des ambiances et ces archives sonores. Écho troublant d’actualité en ces temps d’interrogations sur l’avenir de la planète et de l’humanité, Perspectives du XXIIe siècle lui a été inspiré par la lecture d'un roman de C.F. Ramuz à qui il a dédié l'œuvre ainsi qu'à un autre écrivain, Vercors, pour ses Animaux dénaturés.
Les prochaines vidéos seront signées Eric Vernhes (De vallées en vallées), Nicolas Clauss (Larmes de crocodile, Éternelle), John Sanborn (Ensemble Ratatam), Valéry Faidherbe (Les champs les plus beaux), Sonia Cruchon (Aksak Tripalium, MEG 2152) et avec Nicolas Le Du (L'indésir).

Idir & Johnny Clegg a capella
sur Télérama et Là-bas si j'y suis

À l'occasion du décès du chanteur kabyle Idir, Là-bas si j'y suis diffuse le film réalisé par Jean-Jacques Birgé en 1993 dans le cadre de la série Vis à Vis imaginée par Patrice Barrat. Début avril Télérama avait également choisi le film pour le confinement !
Article du Blog...

L'homme à la caméra ÉLU Citizen Jazz

Super article de Franpi Barriaux dans Citizen Jazz qui a ÉLU la réédition du disque L'HOMME À LA CAMÉRA (première publication en CD) sur le label autrichien Klanggalerie avec en prime l'inédit LA GLACE À TROIS FACES, le tout pour le grand orchestre d'UN DRAME MUSICAL INSTANTANÉ avec Jean-Jacques Birgé, Francis Gorgé, Bernard Vitet, Youenn Le Berre, Magali Viallefond, Jean Querlier, Denis Colin, Hélène Sage, Patrice Petitdidier, Philippe Legris, Gérard Siracusa, Jacques Marugg, Bruno Girard, Bruno Barré, Nathalie Baudoin, Marie-Noëlle Sabatelli, Didier Petit, Helene Bass, Geneviève Cabannes !
Et Franpi ajoute le film de Vertov avec le Drame en 1984 sur DailyMotion en fin d'article...
_________________________________________________________

C’est un sacré événement auquel nous convie le label autrichien Klang. Spécialisé dans la réédition des disques « pionniers » des musiques électroniques et fureteuses, c’est à eux qu’on doit déjà le retour dans nos oreilles le Rendez-Vous de Jean-Jacques Birgé avec Hélène Sage (et aussi quelques disques des Residents, mais c’est une autre histoire…). On retrouve d’ailleurs les deux dans ce disque à double entrée : le premier, parce qu’il est membre d’Un Drame Musical Instantané (UDMI), et la seconde en tant qu’invitée, parmi la foultitude d’artistes présents au Théâtre Dejazet, ce 14 mars 1984, alors que UDMI captait la bande-son de L’Homme à la caméra de Dziga Vertov, tourné en 1929. La musique jouée par quinze musiciens est intuitive et très complexe parfois, tout en gardant une inclination pour l’immédiateté. On pense à Lumpy Gravy de Zappa, notamment dans l’échange entre le hautbois de Magali Viallefond et le basson de Youenn Le Berre ou la clarinette basse d’Hélène Sage.
On sait Birgé et ses amis Francis Gorgé et Bernard Vitet très influencés par le cinéma, et le choix de ce film de Vertov n’est pas anodin. Véritable mise en abyme, film du film, cette œuvre expérimentale sans ligne conductrice offre à UDMI l’occasion d’inventer. « Premier Rendez-Vous : Cérémonie » célèbre ainsi le sens de la narration du trio très augmenté et la liberté dont jouissait Francis Gorgé à la guitare. Comme Vertov dans son film, il y a une sensation de foisonnement extrêmement pensé pour invoquer cette diversité qui fait société, où comment narrer sans cadre. On y entend du chant, du théâtre en action (« Cosinus »), et des élans musicaux très sophistiqués, notamment avec le concours de Didier Petit au violoncelle. L’Homme à la caméra voulait faire du cinématographe en rupture avec la littérature et la comédie. UDMI nous prouve que l’image est intimement liée à la musique. Et même, qu’elles s’entre-nourrissent avidement.
La suite du disque garde peu ou prou le même visage en ce qui concerne les musiciens mais le ton change du tout au tout. Plus classique dans sa forme, La Glace à trois faces de Jean Epstein (1927), tiré d’une nouvelle de Paul Morand est un film davantage tourné vers le drame et les ressorts psychologiques. Enregistré à Corbeil-Essonnes en 1983, ce ciné-concert est totalement inédit. Il permet de goûter à la plasticité de UDMI. Le film, facilement trouvable sur le net, permet de voir à quel point la musique se conçoit en même temps que l’image. Dans ce marivaudage tragique, Birgé au piano fait des merveilles (« Le Malheur ») et un quintet à cordes prend une place centrale, non sans s’inspirer des souvenirs lointains des partitions en vogue dans le muet pour mieux les distordre et les réinventer. A commencer par le jazz de guingois de « Bohème » où le tuba de Philippe Legris et la clarinette basse de Denis Colin rendent coup pour coup à la trompette de Vitet. Un disque indispensable à tous les amoureux du cinéma, et à ceux qui aiment les musiques furieusement inclassables.

La musique d'Omni-Vermille est en ligne

Musique de l'installation générative pour six écrans d'Anne-Sarah Le Meur créée pour le ZKM (Centre d'art et de technologie des médias de Karlsruhe, Allemagne) et exposée du 11 mars au 26 avril 2020. L'œuvre de 4x18m est visible depuis l'extérieur.

Première édition CD de L'homme à la caméra

Le label autrichien Klanggalerie continue de publier en CD des vinyles du Drame ou des disques totalement inédits. Après Rideau ! et À travail égal salaire égal, L'homme à la caméra est le troisième album d'Un Drame Musical Instantané à sortir pour la première fois en CD. Nouveau graphisme d'Étienne Mineur, nouveau master et un bonus exceptionnel, soit 30 minutes du ciné-concert de La glace à trois faces de Jean Epstein enregistré avec le grand orchestre le 11 janvier 1984 à Corbeil-Essonnes. Mais comme pour L'homme à la caméra de Dziga Vertov enregistré également avec 15 mlusiciens et musiciennes le 14 janvier 1983 au Théâtre Déjazet, l'album permet de découvrir la musique indépendamment du film... Voir blog !
Prix: 17€ port inclus où que ce soit sur le site de Klanggalerie !


Précédentes news

Site créé en 1997 / Dernière mise à jour : lundi 01 juin 2020 / Blog quotidien / © Jean-Jacques BIRGÉ / info@drame.org / Crédits